L’Immaculée Conception

Reconnue officiellement comme vérité de foi en 1854, quatre années après la mort du P. Chaminade, l’immaculée conception de Marie occupait une grande place dans le cœur et dans la dévotion des serviteurs de Marie qui fréquentaient le P. Chaminade au début du XIXe siècle. C’est librement qu’ils se sont ralliés au fondateur sous le vocable de l’Immaculée. Ils n’inventaient pas cette dévotion, qui remontait au moins au Moyen-Age et qui a occupé et parfois opposé les théologiens pendant des siècles. Cependant, le fait d’avoir voulu, avant 1854, manifester un tel intérêt à l’Immaculée Conception de Marie était le signe d’une dévotion particulière envers Marie, et d’une grande attention à son rôle dans l’histoire du salut.
Le P. Chaminade a constamment insisté sur ce mystère particulier de Marie. Dès 1800, l’Immaculée Marie avait été adoptée comme la Patronne de la Congrégation des jeunes gens et des jeunes filles de Bordeaux, qui apparaissaient ainsi comme des groupes très catho. Chaminade leur a donné des conférences et des sermons nombreux à la Chapelle de la Madeleine sur l’Immaculée Conception, la présentant comme

un mystère de pureté et de victoire sur le péché,

particulièrement recommandé aux jeunes qui luttaient pour mener une vie chrétienne moralement pure dans l’ambiance confuse et souvent libertine de la ville de Bordeaux. Marie leur était présentée comme modèle de sainteté et de victoire sur le péché. L’introduction au Manuel du Serviteur de Marie (1804) parle de l’Immaculée Conception de Marie comme de « sa suprême dignité de Mère de Dieu » et affirme qu’aucun catholique digne de ce nom ne peut manquer de témoigner amour et respect pour ce « mystère de prédilection ». A partir de Genèse 3, 15 et en s’inspirant des Pères de l’Eglise, Chaminade présentait souvent Marie comme

la Nouvelle Eve, associée à son Fils, le Nouvel Adam, pour écraser la tête du Serpent tout au long de l’histoire de l’humanité

La médaille des congréganistes y faisait allusion.
Aujourd’hui il y a moins de dévotion particulière pour l’Immaculée Conception. Ce mystère, devenu dogme, n’est plus, pour beaucoup, qu’un simple élément parmi d’autres du « dépôt de la foi ». La théologie contemporaine aurait même tendance à minimiser, plus qu’à mettre en relief, cette doctrine à laquelle Chaminade et ses disciples ont voué une attention si fervente.

Marianistes de France

N'hésitez pas à nous contacter

En cours d’envoi

©2017 Marianistes de France site réalisé par EXTRATIS

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?