Le travail qu’on attendait de lui convenait à son tempérament combatif, à son esprit réformateur toujours en quête de nouveautés. Dès son premier contact il laissa deviner ce qu’il était et on sentit que les beaux jours étaient finis.

Avant de s’avouer battus, les meneurs habituels organisèrent la résistance ; nos messieurs de dix à douze ans crurent en imposer au nouveau pion par un chahut.

Un soir, quelques sabots tombèrent comme par hasard pendant la prière, aux éclats de rire étouffés du plus grand nombre, puis l’intonation des ora pro nobis se fit plus lente, plus rauque, plus espacée. Comme si elles avaient obéi à un signal convenu, les voix des répondants se firent de plus en plus rares et bientôt ce fut un silence général.

Le père Gogniat ne bronchait pas, il nous fit tous asseoir et déclara l’étude ouverte. Dix minutes après et alors que nos camarades étaient déjà au réfectoire, on recommença la prière. Nouveaux sabots, nouveau silence. Avec le même calme imperturbable, le père Gogniat nous fit asseoir et déclara à nouveau l’étude reprise.

Surpris de notre absence au réfectoire, le Directeur était venu voir ce qui se passait. Le père Gogniat lui avait chuchoté quelque chose de mystérieux à l’oreille et il était parti sans nous faire la moindre observation. Une demi-heure plus tard, alors que les plus enragés commençaient à avoir une sérieuse lune au ventre, le père Gogniat donna l’ordre de cesser le travail et recommença la prière pour la troisième fois. Personne n’eut l’idée de prolonger la résistance.

Le père Gogniat nous conduisit alors au réfectoire où nous attendait un mauvais souper froid et ce soir là notre sommeil fut écourté de plus d’une heure.

La leçon était suffisante ; elle valait mieux que tous les discours du monde et de ce jour l’autorité du père Gogniat ne fut plus discutée

 

SOUVENIRS DE ST REMY HTE SAONE, (E. BERGERET) n°28, 1913, pp. 4

Marianistes de France

N'hésitez pas à nous contacter

En cours d’envoi

©2019 Marianistes de France // Réalisé par EXTRATIS

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?