68ème jour : Le journal de soeur Faustine

Tout le journal de sœur Faustine est ainsi, un dialogue et une supplication. Le Verbe Incarné veut répandre sa miséricorde partout dans le monde. Jésus veut donner à nouveau son cœur blessé au monde entier, son cœur blessé veut être partout source de vie jaillissante.

Maintenant à travers ce cahier, je prends quelques appels de Jésus lui-même

« Exhorte les âmes à la confiance en ma miséricorde. C’est ta mission sur terre et au ciel. Je veux que tu sois mon vivant reflet, sois miséricordieuse comme moi je suis miséricordieux. Aime tes frères par amour pour moi, même tes ennemis les plus acharnés afin que ma miséricorde se reflète dans ton cœur. »
Toute miséricorde en nous ne peut être qu’un reflet de la miséricorde du Christ. Ceci, cet appel à la confiance :

« Je suis Saint et le moindre pêché me fait horreur, mais lorsque les pécheurs se repentent, ma miséricorde est sans limites. Je les traque de ma miséricorde sur tous les chemins de leur vie, lorsqu’ils reviennent à moi, j’oublie toute amertume et je me réjouis de leur retour »
Une autre manière que le bon pasteur a de courir après les brebis à travers les buissons, à travers le désert.

« Je les traque de ma miséricorde sur tous les chemins de leur vie, lorsqu’ils reviennent à moi, j’oublie toute amertume et je me réjouis de leur retour. Et pour ceux qui ont peur de prier ou qui ne prient jamais assez, on ne puise ma miséricorde qu’avec la coupe de la confiance. Plus on a confiance et plus on obtient. J’aime que l’on me demande beaucoup, car je désire donner beaucoup et de plus en plus. »

17 novembre 1984 Paray-le-Monial : « Un souffle de miséricorde. »

Musique : Zino Saint Martin

Marianistes de France

N'hésitez pas à nous contacter

En cours d’envoi

©2019 Marianistes de France // Réalisé par EXTRATIS

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?