Jn 8 : Avant Abraham

Je serais bien plus qu’ébranlé, pour cet Etablissement et pour plusieurs autres faits ou à faire, si le Bon Dieu ne me rassurait, en ne me les laissant considérer que dans l’ordre de sa Providence miséricordieuse. Si les œuvres que nous entreprenons sont les œuvres de Dieu, et si nous ne les entreprenons qu’autant que nous avons lieu de croire que Dieu nous commande d’y travailler, pourquoi nous troublerions-nous ? Pourquoi, dans les contradictions, dans les revers ou dans la pénurie des moyens, nous inquiéterions-nous ? Disons toujours avec saint Paul : Celui qui a commencé l’œuvre bonne, c’est Lui qui l’achèvera (Phil 1, 6). Usons en paix et avec confiance de tous les moyens que Dieu a mis comme autour de nous, et Dieu saura pourvoir à tout ce qui nous manquera.

Lettre 245 à M. David. 18.08. 1823.

Marianistes de France

N'hésitez pas à nous contacter

En cours d’envoi

©2019 Marianistes de France // Réalisé par EXTRATIS

dapibus nec libero mattis felis venenatis, mattis ut porta. sed amet,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?