Mt 18 : Patienter

Je n’ai jamais cru, et je ne crois pas encore, que si vous et nos chers Frères savez prendre patience, si vous mettez toute votre confiance en la Providence paternelle de notre Dieu, je ne crois pas, dis-je, que vous ayez à souffrir des premiers besoins de la vie. Que vous soyez éprouvé, que le Seigneur vous tente, pour ainsi dire, pour qu’on s’aperçoive si vous êtes tous de véritables religieux, si vous êtes tous véritablement dévoués à l’œuvre de Dieu, je ne m’en étonne pas, et vous savez, mon cher Fils, que c’est une bonne annonce dans les commencements d’un Etablissement. Dites à tous bien ouvertement de ma part, que ceux qui parmi eux auraient perdu courage, ou qui n’auraient été à Saint-Remy que pour y mener une vie de repos et conforme aux sens, dites-leur que M. David est autorisé, sur votre rapport, à leur donner une obédience pour revenir à Bordeaux.

Lettre 250 à M. Clouzet. 9.09.1823.

Marianistes de France

N'hésitez pas à nous contacter

En cours d’envoi

©2019 Marianistes de France // Réalisé par EXTRATIS

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?