Les Successeurs Du Bon Père Chaminade

…Et un aperçu de leur œuvre dans notre Histoire Marianiste

Le Bon Père Georges Caillet

1790-1868, premier successeur de Chaminade, 2ème Supérieur Général, 1845-1868, (23 ans). Né en Suisse, dans le Jura, il est 19 ans plus jeune que Chaminade. Relevé de sa tâche, il reste 6 ans jusqu’à sa mort auprès du P. Chevaux, son successeur.

Vocation

Il était déjà prêtre dans son diocèse (Bâle), et Supérieur de Séminaire. Il a été attiré à la SM par un condisciple, l’Abbé Charles Rothéa, lui-même attiré à Bordeaux, auprès du Bon Père Chaminade et des marianistes par son jeune frère, Louis, venu à Bordeaux pour des études commerciales. Caractère calme, méthodique, droit et fidèle, un peu timide (?), plutôt conformiste, un peu ombrageux, (il l’a été avec Chaminade), porté à des arrangements douteux par manque de courage ? De fait, il se laissera mener par Narcisse Roussel, un membre du Conseil plus jeune, habile et tumultueux, et tiendra Chaminade à l’écart.

Premières activités

l’Abbé Georges Caillet arrivait auprès de Chaminade, 5 ans après la fondation de la SM, au moment où on mettait les noviciats (SM et FMI) en marche. Il fit lui-même son noviciat auprès du Fondateur tout en l’assistant à l’église de la Madeleine, dans les noviciats, et plus tard au Conseil général de la SM. C’est lui que Chaminade a délégué pour la reconnaissance légale de la SM auprès du gouvernement français. Il avait la confiance de Chaminade et rendait de grands services.

Il succède à Chaminade

Succession bâclée ! Pris de court par des défections, le P. Chaminade dut faire appel à un jeune prêtre marianiste brillant, mais indigne, Roussel. (l’avait-il fait venir auprès de lui pour essayer de le sauver ?). Le P. Caillet se laisse mener par Roussel qui embrouillait les activités du Conseil. Le P. Chaminade, mis à l’écart, déconsidéré auprès du Nonce et des Évêques de France par les mensonges de l’indigne Roussel, Rome demande un Chapitre pour élire un successeur. C’était en 1845.

Généralat du Père Caillet

Le P. Caillet fut élu. (Roussel heureusement écarté, quittait la SM). Le Bon Père Caillet avait 55 ans ; il dirigea la SM pendant 23 ans, un des plus longs généralats. Il a assez bien géré la SM, car à cause des 2 ans de conflits et de la mise au rancart de Chaminade, (déclaré injustement incapable), il fallait intervenir vite pour régulariser la situation, visiter les religieux, créer des Provinces, assurer la formation pédagogique, écrire circulaires et mandements et les mettre en application…

Attitude envers le Père Chaminade

Chaminade, par esprit de foi et obéissance reconnaît en Caillet son Supérieur, mais celui-ci, (jaloux de son autorité, de sa liberté d’action ?) le tient à l’écart, le met au silence et le tient éloigné des religieux et des FMI. Il n’a pas tenu compte du désir exprimé par Chaminade de le seconder de son expérience ou de sa responsabilité de Fondateur. À la mort de Chaminade, Caillet reconnaît dans une circulaire que la SM lui était inspirée par Dieu, mais il maintient le silence sur lui.

Fin de généralat

Hélas, le Bon Père Caillet s’est brouillé et même coupé des FMI chez qui il avait une…

Lire la suite document PDF de 15 pages

 [gview file=”http://media.marianistes.com/media-mf/livres/successeurs-du-pere-chaminade.pdf” height=”500px” width=”100%” save=”1″]

Est-ce que cet article vous a aidé ?

Articles similaires