Aux sources marianistes

INTRODUCTION

Rien ne saurait remplacer le contact direct avec les textes originaux. Ce recueil des écrits depuis les origines de la Famille Marianiste a pour but de venir en aide à ceux qui désirent mieux connaître le Vénérable Guillaume-Joseph Chaminade et ses collaborateurs au cours de la première moitié du XIXème siècle.

L’idée d’un recueil de ce genre a germé au cours d’une série de rencontres qui ont eu lieu de 1988 à 1990 en différents points du monde entre ceux qui sont chargés de la formation des religieux marianistes. Les participants sont facilement tombés d’accord avec l’organisateur de ces réunions, le Père Quentin Hakenewerth, sur l’utilité d’un recueil facilement accessible des textes marianistes de base les plus importants, groupés en un seul volume à l’usage des non-spécialistes.

Nous espérons que ce volume fournira une documentation commode pour les candidats à la vie religieuse marianiste, les membres des communautés laïques, les enseignants, les prédicateurs, bref tous ceux qui traitent ou désirent traiter du charisme marianiste. Ce recueil pourra être particulièrement utile dans le “Tiers-Monde”, où nous voyons actuellement s’éveiller l’intérêt pour le charisme marianiste, mais où les ressources en livres et en textes sont limitées. Nous avons entrepris ce travail avec une certaine souplesse d’interprétation, bien conscients qu’il faut faire un certain effort pour combler le fossé culturel entre la France du XIXème siècle et notre monde d’aujourd’hui.

Sans doute, la lecture des documents contenus dans ce recueil exige un effort d’imagination historique, demande qu’on essaie d’entrer dans les représentations et les mentalités d’une époque, d’une culture, dont nous sommes, la plupart d’entre nous, fort éloignés. Par exemple, l’idée que le P. Chaminade se fait de l’Eglise – et qui est très influencée par la théologie tridentine – présente également une nouveauté du fait de son insistance sur le Corps mystique du Christ. Nous trouvons dans le P. Chaminade un “homme de l’Eglise” : profondément attaché à l’Eglise et désireux de la voir renouvelée.

Nous ne devons pas attacher une importance exagérée à des aspects qui nous frappent parce qu’ils nous paraissent étrangers ou inhabituels, mais qui font tout simplement partie de l’univers mental de la France du début du XIXème siècle.

– Nous serons parfois frappés par un style ampoulé qui est moins le fait du Fondateur que de ses secrétaires et de ses collaborateurs et qui était à la mode à l’époque, mais qui depuis a été abandonné tout comme on a renoncé à l’ornementation surabondante du mobilier et à la musique sentimentale de la même époque.

– On ne trouvera pas dans ces documents de savantes et sinueuses considérations en matière de psychologie, de sciences, d’histoire et de sociologie, toutes choses qui sont devenues courantes de nos jours dans les écrits spirituels, mais qui étaient inconnues à l’époque, avant les Darwin, les Marx et les Freud.

Lire la suite document PDF de 308 pages

 [gview file=”http://media.marianistes.com/media-mf/livres/sources-marianistes-hackenwerth.pdf” height=”500px” width=”100%” save=”1″]

Est-ce que cet article vous a aidé ?

Articles similaires