La Famille marianiste

Origine et spiritualité

Portrait de G.-J. Chaminade quand il a 43 ans  et qu’il s’installe à la chapelle de La Madeleine

Il était, d’après les contemporains qui ont fait son portrait, de belle taille, large d’épaules, bien pris de corps, très affable et de la plus grande simplicité. Il donnait toujours une impression de calme et de parfaite possession de soi. Il avait au plus haut degré le talent de gagner les cœurs et, d’une certaine façon, il fascinait ceux qui l’approchaient pour recevoir ses conseils de direction. Sa parole était fort lente, un peu embarrassée, mais pleine de sens. Son exquise sensibilité se révélait par une légère altération de la voix; mais l’habitude de se contenir réprimait si bien ses premiers mouvements qu’on le disait impassible.

Sobre sans austérité, tout à fait retiré du monde et presque trop renfermé dans sa modeste chambre, il n’avait pour affaires que ses œuvres de zèle et sa conversation n’était absolument que de Dieu. Il ramenait tout aux enseignements de la foi : pensées, jugements, résolutions, conseils, actions. La vie tout entière, disait-il, doit être réglée par la foi selon cette parole de Saint Paul: “le juste vit de la foi”.

Lire la suite sur le document WORD de 118 pages

[gview file=”http://media.marianistes.com/media-mf/livres/famille-marianiste-pauels.docx” height=”500px” width=”100%” save=”1″]

 

Est-ce que cet article vous a aidé ?

Articles similaires