Faustino

Plus de quarante ans se sont écoulés depuis la mort du jeune Espagnol Faustino. Sa mémoire reste pourtant si vivante et si actuelle que nous souhaitons le proposer en modèle aux jeunes d’aujourd’hui.

Passionné de football, de cinéma, de lecture, il a vécu intensément la grâce de son baptême : « dire oui à tout ce qui est bien. » Il a disposé d’à peine dix-sept ans, mais a vécu généreusement, le sourire aux lèvres, avec un cœur d’apôtre : « Que ceux qui me voient, voient en moi le Christ. »

Pour découvrir le dernier bulletin de faustino, cliquer ici

Biographie

faustinoTu es né en Espagne, le 4 août 1946, à Valence. Dès l’âge de six ans tu étais au Collège de Notre-Dame del Pilar. Tu étais dans ta dernière année de lycée, lorsque la maladie de Hodgkin a eu raison de ta vie.

Tous ceux qui t’ont connu, savent combien tu étais gai, avenant.
Le sport, le camping, tout ce qui était beau te passionnait.

Tu avais une fidélité à toute épreuve, une volonté de fer, un amour intense pour le Christ et une tendresse filiale pour la Vierge Marie ; mais tu étais si simple, si naturel que rares sont ceux qui ont perçu tout ce que tu vivais.

Membre d’une Fraternité marianiste, tu avais fait ta consécration à Marie le 9 février 1963, après avoir reçu le sacrement des malades.

Dès l’année 1960, tu avais ressenti l’appel du Seigneur.

Ton désir le plus cher était alors de consacrer ta vie au salut des hommes comme religieux marianiste et comme missionnaire en Amérique Latine.

Merci, Faustino, de nous avoir promis de t’occuper des jeunes et des vocations, au ciel. Merci pour l’exemple que tu leur donnes. Béni soit l’Esprit Saint pour l’œuvre accomplie en toi.

Faustino Pérez-Manglano a été déclaré vénérable par le Pape Benoît XVI, le 14 janvier 2011

Pensées de Faustino

Je dois être un véritable chrétien. Pour y parvenir, je dois limer peu à peu mes imperfections. Etre bon chrétien n’est pas très facile. C’est même beaucoup.plus difficile que nous ne l’imaginons. Mère, aide-moi à devenir un autre Christ.

Jésus, fais que j’aime Marie. Non seulement parce qu’elle est pure, belle, bonne et compatissante, et parce qu’elle est MA MÈRE, mais surtout parce qu’elle est TA MÈRE et que tu l’aimes infiniment. 0 Jésus, fais-moi participer à ton amour pour Marie. Fais que je l’aime comme Toi.

Je suis très heureux. Je ne sais ce qui m’arrive, mais, Dieu soit loué, je n’ai pas connu le malheur et je suis toujours heureux. On sent quelque chose au-dedans de soi. Un si grand amour pour Lui qui m’a toujours conduit par la main, qui n’a jamais permis, ne serait-ce qu’une seule fois, que je commette un péché mortel. Je ne sais pas ce que c’est d’avoir des problèmes. Je te remercie, Seigneur, pour le bien-être intérieur si merveilleux que Tu me donnes. Je t’en suis très reconnaissant.

Je suis prêt à recevoir de Dieu toutes les petites souffrances qu’Il voudra bien m’envoyer. Elles sont bien peu de choses, et je les accueille si volontiers que j’y trouve mon bonheur.

C’est merveilleux de penser que je serai toute ma vie au service de Jésus et de Marie. Je serai un pêcheur dâmes. J’ai bien reffléchi, et j’aimerais partir comme religieux Marianiste, en Amérique du Sud, où il manque tant de bras pour sauver les âmes.

Prière pour demander des grâces par l’intercession de Faustino

Seigneur Jésus, tu nous donnes en Faustino un exemple d’accueil généreux de ton amour. Si c’est ta volonté qu’il soit glorifié dans ton Eglise, daigne le manifester en nous accordant la grâce que nous sollicitons. (Ici, préciser la grâce demandée.) Nous te le demandons par l’intercession de Marie, ta Mère, que Faustino a tant aimée sur la terre. Amen.

Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père.

Marianistes de France

N'hésitez pas à nous contacter

En cours d’envoi

©2017 Marianistes de France site réalisé par EXTRATIS

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?