Une statue se dresse dans les vignes

Une statue splendide se dresse sur le mamelon dénommé “Bitz”, une Vierge qui tient à la fois de Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse et de la Madone de la Visitation, on est amené à se demander, pourquoi cette contrée restée fidèle au culte de Marie au temps de la Réforme, pourquoi en particulier St Hippolyte qui fut une des pépinières de vocations religieuses au service de Marie, ne fut pas marqué plus visiblement de l’empreinte mariale…

C’est fait. Est-ce pour avoir protégé son bourg de St-Hippolyte à un moment où il allait en rester des ruines et de deuils innombrables,? Certes, oui! Mais quelques années ont fait mûrir le projet et lui donner des dimensions dont à juste titre il y a lieu de se féliciter.

Les étapes:

8 décembre 1953

Ouverture de l’année mariale. Le curé porte à la connaissance des paroisses son intention d’ériger une statue à la Sainte-Vierge.

Février 1954

La souscription est ouverte; bientôt elle dépassera les limites du prévu, on pourra faire plus grand, plus beau.
Aussitôt on fait appel à un artiste de format, M.V Jaeg de Strasbourg. Une maquette circule, semant la joie, l’enthousiasme.
Dès les premiers jours de l’avant-printemps on se met à l’oeuvre, de lourds camions déchargent le granit de Thannenkirch et les matériaux de construction, on creuse les fondations, un socle de plus de 4 mètres s’érige, d’ores et déjà le projet prend des formes

14 mai 1954

La statue arrive, suivie d’un engin impressionnant qui hissera le monument sur son socle, et le soir à 6 heures le carillon s’ébranle à St-Hippolyte et à Rodern tandis que de partout des yeux émus se tournent vers la montagne désormais consacrée à la Vierge.

16 mai 1954

Monseigneur l’évêque de Strasbourg procède à la bénédiction liturgique du monument et lui applique des indulgences en présence d’une foule accourue de partout et après une allocution vibrante du Chanoine Bourgeois. ”   Chez nous soyez Reine“. Un choeur énorme appuyé par les cuivres, reprend le refrain. “Fondez votre domaine chez nous, chez nous!

13 juin 1954

Grande fête d’inauguration. le temps nous boudait un peu, mais il n’eut pas raison de l’optimisme de M. l’aumônier du Collège. La grand-messe solennelle eut lieu, comme prévue, célébrée par M. le Supérieur Gassmann. rehaussée en musique par la chorale et les cuivres. Une excellente sonorisation répandit à travers des kilomètres les paroles et les chants sacrés. M. le curé de Saint-Hippolyte prononça une allocution émouvante et procéda à la consécration de la paroisse aux termes d’un formulaire vieux de plus de 300 ans.

Et l’apothéose…

Après une journée consacrée à la joie par une petite kermesse dans les bois avoisinants, la foule se retrouva au pied de la statue à la tombée de la nuit, pour une manifestation, aux cierges. Ce fut une apothéose!
Puis, tous feux éteints, l’on retint le souffle : un magnifique feu d’artifice s’ébranla, inondant de lumière le monument et provoquant une explosion de joie.
Mais le plus beau, le plus réconfortant; c’est de savoir que la Madone là-haut reçoit jour pour jour ses visiteurs,, en grand ou petit nombre et qu’elle répand dès maintenant ses fleuves de grâce.

Saint-Hippolyte n’a pas l’ambition de posséder une Vierge miraculeuse, aux prodiges et guérisons retentissants, notre seule fierté est d’avoir marqué notre génération de l’empreinte de la Vierge jubilaire et de l’amour de Marie. Notre seule prière est la demande de miracle de la grâce, grâces de conversion, de persévérance et de vocations.

L.B.

 

 

Marianistes de France

N'hésitez pas à nous contacter

En cours d’envoi

©2017 Marianistes de France site réalisé par EXTRATIS

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?