Comment notre communauté nous permet-elle d’être missionnaires dans la diversité des personnes et des engagements ?

Il me semble que nous pouvons envisager cette question sous deux aspect : comment notre communauté permet à chacun de nous d’être missionnaire dans nos divers engagements, et comment elle est missionnaire en tant que telle ?

Il me semble que ce qui nous permet vraiment d’être missionnaire, c’est le support de la communauté, la vie fraternelle, la prière communautaire, l’attention que nous pouvons avoir les uns pour les autres.

Nous sommes cinq avec des engagements très divers : un frère du Congo avec nous pour un an dans le cadre d’études à terminer, deux frères retraités, très engagés dans la paroisse (équipes liturgiques, visite des malades, équipes funérailles. CCFD etc ), un frère, prêtre, référent de l’établissement scolaire avec tous les accompagnements liés à cette tâche, et un frère enseignant, engagé dans la pastorale, l’accompagnement d’équipes d’adultes et de jeunes et divers services au niveau de la paroisse et du diocèse.

Tous ces engagements pourraient engendrer dispersion, fatigue et relâchement s’il n’y avait pas le support de la communauté qui est en même temps rappel des fondamentaux de notre vie religieuse et lieu de ressourcement et d’unification.

Nous sommes confrontés à la dispersion, à la lassitude, au relâchement, mais la présence communautaire, la vie en communauté, le support fraternel, nous permettent le retour permanent, le dynamisme renouvelé, le recentrement nécessaire. A tout cela il ne faut pas oublier d’ajouter les services mutuels, le partage des tâches concrètes de la vie communautaire. Les frères qui acceptent de prendre en charge des courses et la préparation des repas afin que d’autres puissent répondre aux sollicitations et engagements qui sont les leurs. Et il y aurait  bien d’autres choses à ajouter. En cela, la communauté permet chacun d’être  missionnaire.

Cependant, la communauté elle-même est missionnaire, par sa simple présence à l’intérieur même de l’œuvre. L’établissement devient un lieu habité, avec une âme qui se transmet par les relations que chacun des frères lie avec la communauté “éducative, personnel, professeurs, élèves, parents, l’attention que chacun des frères peut porter aux activités et rencontres des autres frères.

Lorsque  je reçois des équipes de jeunes lycéens ou étudiants, qu’ils sont reconnus par les autres frères et que l’un d’eux a préparé un gâteau pour l’équipe qui se retrouve, tout cela est missionnaire, et dit quelque chose de l’Esprit qui nous anime.

Frank Ladouch, religieux marianiste à Saint-Dié

Marianistes de France

N'hésitez pas à nous contacter

En cours d’envoi

©2019 Marianistes de France // Réalisé par EXTRATIS

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?